lundi, 11 décembre 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Vallée du Léguer (à Tonquédec)

Tonquédec
Côtes d'Armor

    Prenant sa source dans les tourbières de Saint Houarneau, le Léguer s’écoule au milieu d’une vallée boisée et encaissée. Rejoint par le Guic à Belle-Isle en Terre, le cours d’eau traverse ensuite Lannion avant de se jeter dans la Manche par un estuaire de 9 kilomètres.
    
    De beaux boisements spontanés de chênes et de hêtres couvrent les versants de la rivière entre Belle-Isle en Terre et Lannion (dont une forêt domaniale, d’environ 800 hectares, gérée par l’ONF) ; ces boisements recèlent des plantes d’un grand intérêt botanique telles que l’ail des ours, la mercuriale.
    Le Léguer est une rivière riche en poissons ; on y pêche le saumon, la truite fario et, dans l’estuaire, le bar. La loutre, mammifère à la fourrure réputée se nourissant de poissons, est présente dans la vallée.
    En raison de la richesse de sa faune et de sa flore, la vallée a été agrémentée site Natura 2000.
    Les abords de la vallée abritent un patrimoine bâti exceptionnel ; de nombreux moulins et chapelles jalonnent le parcours de la rivière ; les châteaux féodaux de Coatfrec et de Tonquédec sont les témoins du passé historique de la vallée.
    En 1920, un barrage électrique est construit sur le site de Kernansquillec pour répondre aux besoins d’une papeterie ; sa destruction en 1996 constitue la première suppression d’un barrage sur une rivière à saumons en France.
    La vallée peut être découverte au travers des chemins de randonnée la sillonnant ou par la pratique du kayak de rivière.
   

 
      

Vallée du Queffleuth (à Plourin-lès-Morlaix)

Plourin-les-Morlaix
Finistère

    Prenant sa source sur les hauteurs de Trédudon, le Queffleuth est une jolie petite rivière dont la largeur n’excède pas 4 mètres.
    Riche en salmonidés, le cours d’eau offre de beaux parcours de pêche ; on y pêche surtout la truite fario.
    En aval, le Queffleuth se jette dans la rivière de Morlaix pour former un large estuaire jusqu’à la mer.
    Le Queffleuth constitue la limite naturelle entre les pays historiques du Trégor et du Léon.

 
      

Vallée du Trieux (à Guingamp)

Guingamp
Côtes d'Armor

    Prenant sa source à Kerpert, le Trieux traverse Guingamp puis Pontrieux avant de se jeter dans la mer par un estuaire d’environ 18 kilomètres. Au total, la rivière mesure 71 kilomètres.
    Le Trieux est rejoint par son affluent, le Leff, au lieu-dit Frynaudour, environ deux kilomètres en aval de Pontrieux.
    La vallée du Trieux est boisée et encaissée. Autrefois, la rivière était riche en poissons (truite, saumons, anguilles..). Malheureusement, en dépit des programmes d’amélioration de la qualité de l’eau, la faune aquatique tarde à retrouver son niveau d’antan.
    Les abords de la vallée abritent un patrimoine bâti intéressant. A Guingamp, l’abbaye de Sainte-Croix et le château des Salles bordent la rivière ; en aval de Pontrieux, c’est le superbe Châteaux de La Roche-Jagu qui domine l’estuaire. Le visiteur peut aussi découvrir les chapelles de Restudo et d’Avaugour, à Saint-Péver, la chapelle Saint-Léonard à Guingamp, la chapelle de Clérin à Saint-Clet, la chapelle de Kerprovost à Plouëc-du-Trieux, la chapelle de Lancerf à Plourivo, toutes voisines de la vallée du Trieux.
    On dénombre plus de 50 moulins sur le parcours du Trieux. Plus aucun d’entre eux n’est en activité ; en raison de la concurrence des grandes minoteries, ils ont tous du interrompre leur activité à la fin des années 60.
    La vallée du Trieux peut être découverte au travers des chemins de randonnée la sillonnant ou par la pratique du kayak de rivière.