jeudi, 14 décembre 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Château du Bourblanc (à Plourivo)

Bourblanc
Plourivo
Côtes d'Armor

Edifié au XVIe siècle, le château du Bourblanc a été construit autour d’une cour intérieure fermée par une muraille crénelée.

Entouré de douves, le château était, à l’origine, accessible par un pont-levis.

Le château possédait aussi une chapelle sous le patronage de Saint-Riom ; celle-ci a aujourd’hui disparu.

Le château a été la propriété de la famille Roquel du Bourblanc jusqu’en 1639.

En 1713, Allain Armez, négociant paimpolais, devient le receveur du château, qui est acheté en 1748 par son fils Jean.

Pendant plusieurs générations, le château reste la propriété de cette famille. Plusieurs héritiers sont maire de Plourivo et député des Côtes du Nord jusqu’à ce que le château soit vendu en 1935 au Comte de Mauduit.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, à l’initiative de l’épouse du Comte, le château abrite plusieurs aviateurs.

Considérablement détruit par un incendie en 1990, le château de Bourblanc est racheté en 1994 par Emile Philippot. Celui-ci en entreprend la restauration ; aujourd’hui le château abrite un restaurant.

Situation : Le château de Bourblanc se trouve au Ruclé en Plourivo.

 
      

Château du Cruguil

Lannion
Côtes d'Armor

    Le Cruguil signifie, en breton, le tertre.
    Au XIVème siècle le château est un manoir breton d’architecture classique : deux corps de bâtiment reliés par une tour angulaire qui abrite l’escalier.
    Au XVI ème siècle, les Comtes de Lannion vont agrandir le Cruguil en construisant la façade Sud.
    La famille des Comtes de Lannion réside au Cruguil jusqu’au début du XVII ème siècle ; ensuite, tout en restant la propriété de la famille de Lannion, le Cruguil va devenir une ferme.
    L’arrière petite-fille du dernier Comte de Lannion épousera le Duc des Cars ; celui-ci entreprendra d’importants travaux au Cruguil à partir de 1843 : la façade ouest est prolongée en y intégrant une chapelle, l’aile sud est agrandie.
    Le château est entouré d’un beau parc qui fait partie des parcs et jardins de Bretagne.
    Ce parc tire sa particularité d’une charmille, datant du XIX ème siècle, en forme de tunnel en U. Le parc comporte aussi un étang alimenté par une fontaine.
    
    Visite du parc possible en juillet et août.
    
    Situation : le château du Cruguil se trouve à proximité de la route reliant Lannion à Perros-Guirec, à environ 3 kilomètres au Nord du centre de Lannion.
   

 
      

Château du Taureau

Plouézoc'h
Finistère

    Le 4 juillet 1522, soixante navires anglais pénétrèrent dans la baie de Morlaix ; la ville fut pillée et incendiée.
    Afin d’éviter le renouvellement d’un événement aussi tragique, les habitants de Morlaix obtinrent l’autorisation de construire un fort sur l’îlot du Taureau, situé à l’entrée de la baie.
    L’ouvrage fut bâti de 1542 à 1544.
    Au XVIIIème siècle, Louis XIV fit entreprendre des aménagements par Vauban : le fort fut agrandi et abrita désormais des logements pour les soldats, deux cachots, une chapelle et onze casemates pour des canons de gros calibre.
    Sous Louis XV, le fort devint une prison d’état.
    En 1871, Auguste Blanqui, l’un des principaux acteurs de la révolution de 1848, y fut interné.
    Le château fut désarmé en 1890.
    Pendant la seconde guerre mondiale, le château fut investi par la DCA allemande.
    Ces dernières années, le château a été restauré, suite à une mobilisation des collectivités locales.
    
    Le château peut être visité ; le trajet s’effectue par bateau, au départ de Plougasnou ou de Carantec.
    
    Situation : le château du Taureau est situé sur un îlot, à l’entrée de la baie de Morlaix.
   

 
      

Château Goëlo (à Plélo)

Goëlo
Plélo
Côtes d'Armor

Ce château est construit au XVIIe siècle à l'emplacement d'une forteresse féodale.

Cette forteresse avait été édifiée sur un site datant de la période gallo-romaine ; il y demeure des traces d'une enceinte elliptique.

Le château Goëllo est l'ancien chef-lieu du pays de Goëllo ; en 1300, il appartenait à Guillaume de Mordelles, sieur de Château-Goëllo.

 
      

Fort de l'Ile aux Moines

Perros-Guirec
Côtes d'Armor

    La décision de construire un fort sur l’Ile aux Moines fut prise en 1720 par le régent, Philippe d’Orléans.
    Cette décision répondait à un souci d’empêcher les corsaires ennemis de s’installer sur l’île la plus habitable de l’Archipel des Sept-Iles.
    La construction fut entreprise vingt ans plus tard ; elle fut menée par Simon Garangeau, un élève de Vauban.
    Des troupes de soldats s’y succédèrent jusqu’à son déclassement en 1889.
    
    Des excursions sont organisées vers l’Archipel des Sept-Iles de février à novembre ; certaines d’entre elles font un arrêt sur l’Ile aux Moines.
    
    Situation : l’archipel des Sept-Iles est situé à environ 4 kilomètres au large de Perros-Guirec.

 
      

Manoir de Boisgelin (à Pléhédel)

Boisgelin
Pléhédel
Côtes d'Armor

Dès le XIIe siècle, les seigneurs de Boisgelin fondent un château féodal à quelques centaines de mètres du site actuel (sur le site du moulin du Traou).

Au XIVe siècle, ils abandonnent leur motte féodale pour construire un manoir sur le site actuel.

L'édifice sera agrandi au cours des siècles suivants, au point d'être appelé château en 1665.

Le manoir conserve des vestiges des latrines du manoir primitif. Le blason des Boisgelin figure sur le manteau de la cheminée gothique.

Situation : Le manoir de Boisgelin se trouve en bordure de la route principale joignant Paimpol à Lanvollon.

 
      

Manoir de Coadelan

Prat
Côtes d'Armor

   Un premier édifice fut construit au XIVème siècle. Il fut étendu pour constituer le manoir actuel au début du XVIème siècle ; la famille Le Chevoir en fut à l'initiative.
    La façade présente trois tourelles. Celle du milieu, plus importante, abrite un escalier menant à la grande salle du premier étage.
    Les deux tourelles latérales commence au niveau des linteaux des fenêtres de l'étage.
    A proximité du manoir se trouve une chapelle datant du XVIIème siècle.
    A la fin du XVIème siècle, le manoir sert de repère au brigand Guy Eder de la Fontenelle qui profite de la guerre de la Ligue pour dévaster la région. Epoux de la dernière héritière des Coadelan, celui-ci meurt, roué de coups, à Paris en 1602.

 
      

Manoir de Kerandraou

Troguery
Côtes d'Armor

    La construction du manoir de Kerandraou est attribuée aux Templiers; elle date des XIVe et XVe siècles.
    Les fenêtres rectangulaires possèdent des meneaux en forme de croix. A l'étage, le manoir comprend une chapelle.
    Une porte cochère traverse l'édifice dans toute sa largeur, lui donnant le nom de manoir porche.
    Au-dessus du porche et sous la fenêtre de la chapelle deux lions assis surveillent l'entrée du manoir.
    
    Situation : le manoir de Kerandraou se trouve à Troguéry, entre Tréguier et La Roche Derrien

 
      

Manoir de Kerprovost

Kerprovost
Plouëc-du-Trieux
Côtes d'Armor

    Ce manoir a été édifié au XVIIIe siècle par la famille de Tavignon.
    L’un des fils de la famille de Tavignon défraya la chronique au XVIIIe siècle. Ayant séduit une fille noble, il se déroba au mariage. Il fut condamné par contumace à être décapité. Quelques années plus tard, il revint au pays avant de faire amende honorable et de se marier à la jeune femme.
    Le manoir est une propriété privée.
    Situation : le manoir de Kerprovost se trouve en bordure de la route joignant Plouëc-du-Trieux à Squiffiec, environ 3 kilomètres après avoir quitté Plouëc-du-Trieux.
   

 
      

Manoir de l'Ile-Blanche

Locquirec
Finistère

    Dominant l’anse de Toul an Héry, le manoir de l’Ile-Blanche est un bel édifice datant du XVII e siècle.
    Son fondateur, Richard de la Haye, était un personnage haut en couleur. Originaire de Keraudy en Plouaret, il combatit en Flandres et en Allemagne au service de Louis XIV ; il fut enterré, en 1668, dans l’église Saint Melaine, à Morlaix.
    En 1903, le domaine devint la propriété de Early John Norton, avocat à Madras. Son épouse, Lady Norton, aimait vivre dans le luxe ; elle transforma le manoir pour accueillir ses invités dans des fêtes fastueuses. Les deux ailes, les tourelles, le portique d’entrée avec son clocheton furent bâtis à cette époque.
    Fatigué de cette gabegie, son époux mit le manoir en vente en 1926. Il fut acquis par le Diocèse de Saint-Brieuc qui le confia aux Filles du Saint-Esprit.
    Cette communauté anime toujours le domaine ; l’Ile-Blanche propose des haltes spirituelles et met ses locaux à la disposition des entreprises pour l’organisation de séminaires, de congrès...Durant l’hiver, le manoir héberge des personnes âgées.
    
    Situation : Le domaine de l’Ile-Blanche se trouve en bordure de la route de la Corniche joignant Locquirec à Saint-Efflam. La direction du manoir est indiquée sur la gauche, juste avant de franchir le pont sur le Douron.