mercredi, 18 octobre 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Chapelle de Saint-Gildas

Ile Saint-Gildas
Penvénan
Côtes d'Armor

    La chapelle Saint-Gildas (XIe – XIIIe siècle) est l'un des édifices construits en partie en galets les plus anciens de Bretagne.
    La chapelle menaçait ruine en 1451, lorsque le Pape Nicolas V accorda aux franciscains de l'île aux Moines le droit de s'y réfugier, ce qu'ils ne firent pas.
    L'édifice a été restauré au XIXe siècle puis, à nouveau, en 1912.
    Au décès d'Alexis Carrel, l'île fut léguée à la Fondation Carrel, à la condition qu'une fondation monastique s'y établisse. Ainsi, de 1967 à 1969, une petite communauté de moines vécurent sur l'île.
    Un oratoire, datant du XIXe siècle et dédié à Saint Roch, jouxte la chapelle.
    Selon la tradition, Saint Gildas protège de la rage ; il est aussi le saint protecteur des chevaux.
    Tous les ans, au début du mois de juin, un pardon est célébré, donnant lieu à une bénédiction des chevaux.
    
    Situation : L’Ile Saint-Gildas se trouve au large du village de Port-Blanc, situé à environ 8 kilomètres au nord-ouest de Tréguier.
    

 

 
      

Chapelle Mezzo-Bras

Buguéles
Penvénan
Côtes d'Armor

    La construction de la chapelle remonte au XVI ème siècle.
    A l’intérieur, sous la voute, on peut admirer la maquette d’un voilier offert en ex-voto à la fin du XIX ème siècle.
    La chapelle est dédiée à Saint-Nicolas. Celui-ci est le patron des enfants ; c’est peut-être pour cela que le village est nommé Buguélès ( bugalez signifiant enfants, en breton).
    Saint-Nicolas est aussi le patron des marins.
    
    Situation : la chapelle de Mezzo-Bras est située à environ 7 kilomètres au nord-ouest de Tréguier ; la chapelle se trouve en bordure de la route menant au port de Buguélès.

 
      

Chapelle Notre-Dame de Port-Blanc

Port-Blanc
Penvenan
Côtes d'Armor

    A l’origine, la chapelle de Port-Blanc n’était qu’une simple tour de guet. Celle-ci fut construite au XIIème siècle ; elle servait à surveiller la baie du port de Saint Gildas.
    En 1492, les anglais investirent l’île de Saint-Gildas ; ils tentèrent une incursion sur le continent mais rebroussèrent chemin après avoir confondu des fougères avec des soldats.
    Suite à cet événement heureux, il fut décider de construire une chapelle.
    La chapelle actuelle date donc du début du XVIème siècle. Elle réutilise la tour de guet comme sacristie et se singularise par sa configuration à demi enterrée.
    A l’intérieur, le visiteur pourra découvrir une chaire en bois polychrome datant du XVIIème siècle ; la singularité de celle-ci réside dans le fait que le chiffre onze n’apparaît qu’une fois alors que le chiffre douze est inscrit deux fois.
    Le pardon est célébré le 15 août.
    
    
    Situation : la chapelle de Port-Blanc se trouve à proximité de la baie de Saint-Gildas, dans le village de Port-Blanc. Port-Blanc étant situé à environ 10 kilomètres à l’est de Perros-Guirec.
   

 
      

Chapelle de Kernivinen

Kernivinen
Perros-Guirec
Côtes d'Armor

    Il semble qu’une première chapelle, dédiée à Saint-Marc, était déjà présente sur ce site au XII ème siècle.
    Au XIV ème, une nouvelle chapelle la remplaça ; elle fut dédiée à Notre Dame de Pitié, Vierge invoquée sous ce nom contre les épidémies et les guerres.
    L’édification de la chapelle actuelle date du XVIII ème siècle ; seul le porche sud de l’ancien édifice a été conservé.
    Le pardon est célébré le deuxième dimanche après Pâques.
    
    Situation : la chapelle de Kernivinen se trouve à environ 3 kilomètres au sud du centre-ville de Perros-Guirec. Il faut prendre la route reliant le port de Perros-Guirec à Pleumeur-Bodou ; le chemin menant à la chapelle est indiqué sur la gauche, environ 2 kilomètres après avoir quitté le port.
    

 

 
      

Chapelle Notre-Dame de la Clarté   

La Clarté
Perros-Guirec
Côtes d'Armor

    La chapelle Notre-Dame de la Clarté fut construite à partir de 1445 ; les travaux furent financés par Roland IV de Coetmen, à l’origine aussi de la reconstruction du château de Tonquédec.
    En 1606, les Lannion firent construire le transept sud.
    Une flèche hexagonale fut érigée au XVIIe siècle. Cette flèche servait de repère aux navires égarés.
    Les matériaux de construction sont d’origine locale (granit rose de la Clarté et de Saint-Samson, granit gris de l’île Canton à l’Ile Grande).
    Le porche d’entrée abrite de belles statues en bois polychrome ( les quatre Evangélistes, Sainte Anne, La Vierge). On remarquera aussi les bancs de délibération ; c’est ici que se réunissait le conseil de fabrique avant la Révolution.
    Au dessus du porche, une pièce, accessible par un escalier en colimaçon, a servi , selon l’époque, à différents usages (résidence du chapelain, salle de catéchisme ..)
    A l’intérieur de la chapelle, le visiteur peut découvrir un bénitier datant du XVe siècle, porté par d’expressives têtes de Maures nous rappelant la chute de Constantinople.
    La chapelle abrite des maquettes de bateau (ex-voto) offertes par des marins en reconnaissance de la Vierge salvatrice.
    En août 1944, l’aviation américaine envisageait de bombarder les soldats allemands repliés près de la Clarté ; ceux-ci avaient pointé leurs canons sur Perros, en menace de représailles. Trois jours durant les américains survolèrent la région mais chaque jour un brouillard se leva, les empêchant de larguer leurs bombes. Le quatrième jour, les allemands se rendirent. Certains virent une intervention divine dans cette issue heureuse. En reconnaissance, au sortir de la guerre, les perrosiens offrirent deux couronnes, une pour la Vierge, l’autre pour l’Enfant-Jésus qu’elle porte dans ses bras, en reconnaissance de sa protection.
    Le pardon du 15 août est l’un des plus suivis du Trégor : le matin une messe est célébrée sur le tertre, l’après-midi est organisée une procession avec des statues et des bannières portées par des fidèles en costume trégorois.
    
    
    Situation : la chapelle se trouve à environ 2 kilomètres à l’ouest du centre-ville de Perros-Guirec ; le village de la Clarté se touve en bordure de la route joignant Perros-Guirec à Trégastel.

 
      

Chapelle Saint-Guirec

Saint-Guirec
Perros-Guirec
Côtes d'Armor

    A proximité de la plage de Saint-Guirec s’élève une chapelle aux murs de granit rose. L’édifice conserve des vestiges du XIVe siècle, en particulier son bénitier.
    La chapelle a été restauré aux XVIIIe et XIXe siècles ; le transept sud a été ajouté au XXe siècle.
    A l’intérieur, on peut découvrir un tableau représentant l’arrivée de Saint-Guirec à Ploumanac’h ainsi qu’une maquette d’un bateau offerte par un marin reconnaissant envers la Vierge.
    Dans l’enclos s’élève une croix datant du XVe ou du XVIe siècle. Autrefois, c’est ici que l’on inhumait les corps échoués des péris en mer.
    
    Situation : La chapelle de Saint-Guirec est située à proximité de la plage de Saint-Guirec, dans le quartier de Ploumanac’h. Ploumanac’h se trouvant à 3 kilomètres au nord-ouest du centre-ville de Perros-Guirec.
   

 
      

Chapelle Saint-Blaise (à Plélo)

Saint-Blaise
Plélo
Côtes d'Armor

Cette chapelle, édifiée au XIVe siècle, était à l'origine dédiée à Saint-Gouenou.

Au XIXe siècle, un prêtre installe dans la chapelle une statue de Saint-Blaise, en provenance de La Méaugon. Par la suite, les pélerins du pardon de Saint-Blaise viendront prier le saint dans sa nouvelle chapelle qui sera rebaptisée 'Chapelle Saint Blaise'.

Saint-Blaise est un ancien évèque de Sébaste, décapité en 316 sur ordre d'Agricola, gouverneur de Cappadoce.

 
      

Chapelle Saint-Nicolas des Alleux(à Plélo)

Saint-Nicolas
Plélo
Côtes d'Armor

Cette chapelle a été édifiée au XIVe siècle.

 
      

Chapelle Saint-Quay (à Plélo)

Saint-Quay
Plélo
Côtes d'Armor

La chapelle de Saint-Quay succède en 1496 à celle de Saneta-Ke-Super-Lem, mentionnée dans la charte de Beauport en 1247.

Elle dépend de la seigneurie de Kerprat.

Au dessus du porche Renaissance, un écusson est taillé aux armes des Henry de Kerprat et de la famille de Quelen.

 
      

Chapelle des Rosaires (à Plérin-sur-mer)

Rosaires
Plérin-sur-Mer
Côtes d'Armor

Au début du XXe siècle, Paul Marteroy architecte en chef à la ville de Paris et son ami Lucien Rosengart, constructeur automobile, entreprennent le développement de la station balnéaire des Rosaires, proche de Saint-Brieuc.

Leur ambition est faire de la station une ville autonome. C'est dans ce contexte que sera construite la chapelle des Rosaires.