mercredi, 18 octobre 2017
French Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Russian Spanish
A+ R A-

 

      

Colombier (à Bégard)

Armoripark
Bégard
Côtes d'Armor

    Ce colombier, édifié au XVIIe siècle, dépendait du manoir de Kernaudour, aujourd’hui disparu.
    Les armes de cette seigneurie figurent dans la chapelle de Guénézan, toute proche.
    La seigneurie de Kernaudour disposait jadis du droit de faire sauter dans l’eau les mariés de l’année. Le refus du saut dans l’eau, appelé ‘lamp an dour’ , entraînait une amende.
    Le chêne qui pousse sur la muraille est devenu, avec son support, l’emblème de la commune de Bégard et du centre de loisirs Armoripark.
    
    Situation : la petite ville de Bégard est située à environ 12 kilomètres au nord-ouest de Guingamp.
 

 
      

Phare du Rosédo (à Bréhat)

Le Rosédo
Bréhat
Côtes d'Armor

Le phare du Rosédo se trouve au nord-ouest de Bréhat ; il indique la passe du Trieux.

Un premier phare est construit en 1860 par l'entrepreneur Mahé. Ayant sous évalué les frais engendrés par le chantier, l'entrepreneur rompt le contrat et l'administration doit prendre le relais. Ce sont les ouvriers des Phares et Balises qui achèvent les travaux.

Le phare du Rosédo fait partie des 170 phares détruits par les allemands lors de leur retraite en 1945.

Le phare est reconstruit dans les années 50 par les architectes Auffret et Hardion.

D'une hauteur de 13 mètres, il est gardienné mais non visitable.

Situation : Le phare du Rosédo se trouve au nord-ouest de Bréhat, sur l'île nord.

 
      

La Citadelle (à Bréhat)

La citadelle
Bréhat
Côtes d'Armor

Construit en 1863, sous le Second-Empire, ce fort a au départ une destination militaire. Des soldats y logent jusqu’en 1875.

Après l’affaire de Fachoda, incident qui oppose les français aux anglais en 1899, le fort est réarmé. Des militaires en provenance de Saint Brieuc et une batterie d’artillerie venant de Langres y sont installés.

Toutefois, le fort ne connaîtra jamais le feu.

Par la suite, l’édifice a longtemps servi de logement à des familles de l’île.

De plan carré, le fort est constitué d’une cour centrale entourée de pièces à usages divers (casernement, prison, logements..).

Toutes les pièces, en pierres, sont voûtées ; pour éviter les incendies, le bois a été exclu des matériaux de construction.

L’édifice est entouré de douves, désormais comblées au niveau de l’entrée. A l’origine un pont-levis mobile permettait l’accès au bâtiment.

La terrasse est protégée par un garde-corps, avec une alternance de meurtrières et de canonnières.

L’édifice, aussi appelé la Citadelle, a été restauré en 1998. Désormais ouvert à la visite, le fort abrite une verrerie d’art .

 
      

Phare du Paon (à Bréhat)

Bréhat
Côtes d'Armor

Un premier phare est construit en 1860 à la Pointe du Paon, située à l'extrémité nord de Bréhat.

Jusqu'en 1944, le phare est gardé ; les derniers gardiens étaient des femmes, la mère puis la fille qui habitaient la demeure au pied du phare.

Comme son voisin le Rosédo, le phare du Paon fait partie des 170 phares dynamités par les allemands lors de leur retraite en 1945.

Après la guerre, le phare du Paon est reconstruit à l'identique en granit rose de Bréhat et de Ploumanac'h.

A présent, il est entièrement automatisé.

Situation : Le phare du Paon se trouve à l'extrémité nord de Bréhat.

 
      

Présidial

Place du bourg
Guerlesquin
Côtes d'Armor

    Le Présidial est l’ancienne prison seigneuriale de la juridiction des seigneurs de Guerlesquin.
    Cet édifice a été construit vers 1640 par Vincent du Parc de Kerret, Seigneur de Guerlesquin.
    De plan carré, le monument se présente comme une forteresse flanquée à chaque angle d’une échauguette à cul de lampe terminée par un dôme.
    Le cachot se trouvait au rez-de-chaussée et l’étage était habité par les gardiens.
    La justice était rendue le lundi au prétoir qui se trouvait à proximité.
    Au niveau du toit, le visiteur remarquera deux fenêtres de style Renaissance.
    En 1826, le monument a été vendu à la ville de Guerlesquin par le Baron de Tocqueville, gendre du Marquis de Rosanbo exécuté à Paris en 1792.
    Au milieu du XIXe siècle, le monument a été sur la point d’être détruit mais, après d’intenses démarches, il a été sauvé puis restauré en 1872.
    L’édifice a été classé monument historique en 1875 et, de cette date jusqu’en 1965, a servi de Mairie.
    
    Situation : La ville de Guerlesquin, petite cité de caractère, se trouve à environ 25 kilomètres au sud-ouest de Lannion.
   

 
      

Hôtel de ville de Guingamp

Hôtel de ville
Guingamp
Côtes d'Armor

    L’Hôtel-Dieu, fondé au XIVe siècle par Charles de Blois, menaçait ruines à la fin XVIIe siècle et manquait de personnel compétent.
    En 1676, les religieuses augustines s’y intallèrent et, sur demande de la municipalité de Guingamp, l’évêque de Tréguier décida de construire un monastère à proximité.
    L’édifice fut achevé au début du XVIIIe siècle ; les religieuses y restèrent jusqu’en 1913, date à laquelle l’hôpital fut transféré vers son emplacement actuel.
    La ville acheta l’ensemble et détruisit la partie ancienne de l’hôpital pour y construire une école de garçons.
    L’ancien monastère fut transformé en Hôtel de Ville en 1970.
   

 
      

Temple de Lanleff (à Lanleff)   

Lanleff
Côtes d'Armor

Pendant longtemps, on a cru que ces ruines étaient celles d’un temple antique ou d’un édifice construit par les templiers.

C’est pourquoi des archéologues du XIXe siècle les ont appelées, à tort, ‘le temple de Lanleff’.

En réalité, il s’agit d’une église chrétienne datant de la fin du XIe siècle.

L’édifice, de style roman, a été construit par un seigneur de la région au retour de la première croisade (1099).

Son plan circulaire s’inspire de celui de la basilique du Saint-Sépulcre, à Jérusalem.

La rotonde centrale présente de belles arcades et quelques chapiteaux sculptés. Elle est entourée d’un déambulatoire.

Le toit de l’église, disparu depuis des siècles, avait probablement, à l’origine une forme conique.

Une fontaine se trouve en contrebas du temple.

Situation : Le temple de Lanleff se trouve à proximité du bourg de Lanleff.

 
      

Couvent des Ursulines

Ursulines
Lannion
Côtes d'Armor


    Maurice Calloët de Keranvelec, procureur du roi en 1651, fut à l’origine de la construction de ce bâtiment. Il avait une fille appartenant à la congrégation religieuse enseignante des Ursulines et forma le voeu d’ouvrir un couvent à Lannion. La construction fut longue : la chapelle du couvent fut dédicacée en 1667 ; le reste des bâtiments fut achevé en 1690.
    Dans un premier temps, le bâtiment servit de collège. Ensuite, son affectation varia au gré des besoins. Au cours de la révolution, la nef de la chapelle servit de hangar à fourrage et le choeur de tribunal. Ensuite, le bâtiment servit de gendarmerie, puis de prison et de collège municipal.
    L’architecture du bâtiment utilise différents éléments de décor classique : colonnes cannelées, chapiteaux ioniques et corinthiens, frontons triangulaires et cintrés. Les cinq niches de la façade de la chapelle abritaient à l’origine des statues.
    Le bâtiment a été restauré récemment. Aujourd’hui, la chapelle offre un très beau cadre pour des expositions et des concerts.
    
    Situation : Le couvent des Ursulines se trouve à environ 300 mètres à l’est de la place du centre, en bordure de la rue Savidan.
    

 
      

Escalier de Brélévenez

Brélévenez
Lannion
Côtes d'Armor

    Cet escalier gravit le coteau au sommet duquel se trouve l’église de Brélévenez.
    Avant la révolution, l’escalier est réputé comporter autant de marches que de jours dans l’année. A cette époque, il s’apparente plutôt à un sentier escarpé gravissant la colline.
    L’escalier est rénové au XIX ème siècle ; les matériaux utilisés sont le schiste et le granit. En 1921, on dénombre 142 marches ; actuellement, on n’en compte plus que 140.
    En bordure de l’escalier, on découvrira des maisons datant du XIX ème siécle, construites aussi en schiste et granit. Certaines d’entre elles possèdent une niche abritant la statue d’un saint protecteur.
    A noter que la couverture de l’album pour enfants ‘Martine fait de la bicyclette’, sorti en 1971, présentait une photo de Martine, robe rose, soquettes blanches et sandalettes, dévalant l’escalier de Brélévenez sur une bicyclette dont elle a perdu le contrôle.
    
    Situation : l’escalier de Brélévenez est situé à quelques centaines de mètres au nord du centre ville de Lannion.
   

 
      

Hôtel de Ville de Lannion

Hôtel de Ville
Lannion
Côtes d'Armor

    A l’origine, un auditoire occupait cet emplacement. Ce bâtiment servait, d’une part, à la communauté de ville et, d’autre part, aux sessions du tribunal.
    A partir de 1615, une prison fut accolée à l’arrière de l’auditoire.
    En raison de son mauvais état, le bâtiment fut reconstruit au XIXe siècle.
    Seule la partie supérieur de l’auditoire, ornée d’un fronton semi-circulaire et supportant l’horloge, fut conservée.
    Le nouveau bâtiment adopta le style napoléonien en vogue à cette époque.
    
    Situation : L’Hôtel de ville se trouve Place du Général-Leclerc à Lannion.